Boulevard Mohammed V


Cette artère principale du plan Prost présenté en 1915 se devait de relier le port à la première gare, Casa-voyageurs. Afin d’obtenir son tracé définitif, une négociation a été
nécessaire donnant place à la procédure de remembrement expérimentée au Maroc. Bordé d’arcades, ce boulevard appelé dans un premier temps boulevard de la gare, fut
jusque dans les années 1990, les Champs elysées de Casablanca. sa récente piétonisation avec l’aménagement du passage du tramway lui redonne l’attrait des années passées.

Les 2 et 3 avril de 10h à 17h au départ du Marché Central
Arrêt de tramway : Marché Central

  Projection   Rendezvous   Spectacle / Performance   Exposition   Visite guidée   Rencontre   Atelier   Expo / Vente   Tradition orale

A Place des Nations Unies

    Africa Vibes

Arrêt de tramway : Place des Nations Unies
Le 03/04/2016 - à 15h

Africa Vibes est un groupe de jeunes passionnés de musique ! En 2014, ils se rencontrent aux cours de percussions du Centre culturel Les Etoiles de Sidi Moumen. Rapidement, leur talent retient l’attention de leur encadrant, Rachid Laatouri, fondateur de nombreuses formations musicales au Maroc (Africa Style et Mafia Urbain). Au bout de quelques mois d’apprentissage, ces musiciens en herbe constituent un véritable répertoire musical qu’ils présentent pour la première fois au Centre culturel Les Etoiles. Le public est séduit ! L’énergie du groupe face à leurs tambours fait bouger petits et grands… une énergie qu’ils baptiseront «Africa Vibes».

B Immeuble Liscia

112 rue Ibn Batouta, 5e étage - appt. 10

Arrêt de tramway : Marché central ou place Mohammed V

    Tisser des liens entre hier et aujourd’hui

Session de 3h. Dans la limite des places disponibles. Amener votre magazine d’architecture !
Du 02/04/2016 au 03/04/2016 - de 10h à 13h pour les adultes et de 15h à 18h pour les enfants

Architecte urbaniste de formation, Soumiya Jalal réinvente l’art du tissage. De l’architecture des briques, elle est passée à celle des fils, tressant des œuvres aériennes où la paille, le raphia, le chanvre et autres fibres naturelles s’entrelacent en autant d’épousailles heureuses. À partir d’images urbaines, elle tisse une nouvelle vision de la ville en tentant de composer avec la perte, la cassure et l’effacement progressif de la mémoire de Casablanca.
Pour vous inscrire à cet evènement cliquez ici

C Cinéma ABC

39 Bd. Mohammed V

Arrêt de tramway : Place des Nations Unies

    Architectures dans la vi(ll)e #1

En présence de l’artiste Touda Bouanani, fille du réalisateur Ahmed Bouanani
Le 28/03/2016 - 19h30

Pour marquer le coup, la soirée d’ouverture gratuite s’ouvre sur deux courts-métragespromenades d’Ahmed Bouanani 6/12 et Mémoire 14. Puis, suivra le long-métrage singulier Casablanca, ville moderne de Sébastien Verkindere. L’architecture casaouie y est ranimée comme un être vivant et nous parle en secret d’histoire et de modernité. Casablanca, ville à l’urbanisme emblématique du 20ème siècle comme le seront, à leur façon, le Chandigarh de Le Corbusier en Inde ou le Brasilia de Niemeyer au Brésil. 6/12 d’Ahmed Bouanani | 1968 | 18’ | Maroc Mise en scène de la ville de Casablanca de six heures du matin à midi, filmé par ce réalisateur marocain de la première heure, à la fin des années 60, sur des rythmes jazz. Ce courtmétrage en noir et blanc se veut «une vision poétisée et surréelle qui éclate en images agressives et électrocutées. Une dénonciation atone. (...) Il ne s’agit pas de cité futuriste». Mémoire 14 d’Ahmed Bouanani I 1971 I 30’ | Maroc Réalisé à partir d’un poème homonyme, la question de la mémoire collective prend ici une dimension plus historienne. C’est en utilisant des images produites par le cinéma colonial que Bouanani écrit, d’un point de vue marocain, l’histoire de son pays au vingtième siècle. “C’est à travers des mémoires anachroniques, des mémoires nourries de mythes que j’essaie de recomposer la «réalité» de mes personnages et de leurs univers...» Casablanca, ville moderne de Sébastien Verkindere I 2005 I 55’ | Maroc-Belgique Casablanca est une ville hybride, métisse et moderne. Casablanca est une ville inquiète, ni marocaine ni française. Elle nous renvoie aux questions fondamentales de l’urbanisme et de l’architecture. Film en forme d’essai et de méditation, Casablanca, ville moderne explore à la fois l’histoire et le présent d’une ville née au 20ème siècle. L’architecture n’y est pas abordée sous la forme d’un discours théorique, comme une affaire de spécialistes. Les bâtiments sont plutôt des êtres vivants, dont la présence mystérieuse nous parle en secret d’histoire et de modernité.

    Architectures dans la vi(ll)e #2

(25DH / 15DH étudiants) En présence de Rachid Andaloussi, architecte et président de Casamémoire (sous réserve)
Le 04/04/2016 - 19h30

Casablanca - Brasilia, aller simple. Cette soirée s’ouvre sur les couleurs nocturnes de Raja Saddiki dans son documentaire réalisé avec Casamémoire en 2014 dans le cadre de l’événement «Balade Nocturne de Casablanca». Ensuite, le réalisateur Marc-Henri Wajnberg nous livre le portait, tout en nuances et sans ligne droite, d’une des icônes de l’architecture du XXe siècle : Oscar Niemeyer, un architecte engagé dans le siècle, bâtisseur ex nihilo de Brasilia, la nouvelle capitale du Brésil. Il s’est éteint en 2012, à 104 ans, après avoir réalisé sa dernière œuvre : le centre culturel d’Essaouira. La balade nocturne de Casablanca de Raja Saddiki I 2014 I 38’ | Maroc En 2014, Casamémoire a fait appel au talent de la jeune réalisatrice pour mettre en image la soirée de la «Balade nocturne de Casablanca». Dans le cadre du programme «Rethinking Public Space» lancé par la Fondation Prince pour la Culture et le Développement, le projet de la balade nocturne a permis aux casablancais de (re)découvrir l’Histoire de leur ville au travers de multiples expressions artistiques - danse, théâtre, musique, arts de rue, lors de la 6ème édition des Journées du Patrimoine de Casablanca.Oscar Niemeyer, un architecte engagé dans le siècle de Marc-Henri Wajnberg I 2001 I 60’ | Brésil-Belgique Portrait d’Oscar Niemeyer, l’architecte le plus prolifique du XXe siècle. Génial créateur de Brasilia, la nouvelle capitale du Brésil et de quelque cent édifices sur les cinq continents. Décédé en 2012 à l’âge de 104 ans, Niemeyer reçoit chez lui à Rio de Janeiro. Il parle de sa vie dédiée à l’architecture dans un siècle bouleversé par les idéologies politiques et les courants artistiques. Il évoque Le Corbusier, Kubitschek, Malraux, Lucio Costa, Jorge Amado, Vinicius de Moraes. Un homme au caractère exigeant qui s’est toujours battu pour ses idéaux.

  Architectures dans la vi(ll)e #3

(25DH / 15DH étudiants) En présence d’un(e) invité(e)
Le 11/04/2016 - 19h30

Huis clos pour un quartier de Serge Steyer I 2007 I 52’ I France Aux abords d’une petite ville, un vaste terrain sera bientôt constructible. La municipalité voudrait en profiter pour initier une opération innovante. Autour de la table, des élus volontaires, des jeunes urbanistes qui veulent en finir avec la banlieue pavillonnaire, des promoteurs et un architecte qui défendent leurs intérêts. En s’immisçant durant plusieurs mois dans les tractations entre les différents acteurs, le film saisit sur le vif la dérive d’ambitions politiques pourtant réelles et sincères et fait émerger une réflexion sur l’urbanisme et la démocratie locale.

  Architectures dans la vi(ll)e #4

(25DH / 15DH étudiants) En présence d’un(e) invité(e)
Le 18/03/2016 - 19h30

Bidonvilles : architectures de la ville future de Jean-Nicolas Orhon I 2013 I 81’ I Canada Ce film propose une réflexion sur les constructions à échelle humaine à l’ère de la surpopulation des villes. Le cinéaste nous plonge dans l’intimité de familles qui, par leur résilience et leur ingéniosité, ont su bâtir des habitations adaptées à leurs besoins, en s’inspirant souvent des traditions architecturales anciennes. Un voyage humain et esthétique à Mumbai dans le plus grand bidonville d’Inde, à Rabat sur d’anciennes terres agricoles, au New Jersey dans un tent-city, à Marseille dans un quartier de caravanes, et au Québec dans une communauté amérindienne.

  Architectures dans la vi(ll)e #5

(25DH / 15DH étudiants) En présence d’un(e) invité(e)
Le 25/03/2016 - 19h30

25 Bis d’Ila Beka et Louise Lemoine I 2014 I 46’ I France 25 bis est un portrait intime du bâtiment construit en 1903 par Auguste Perret et situé sur la 25 Bis Rue Franklin à Paris. “Le 25 bis” ne s’intéresse pas uniquement à l’histoire de l’immeuble mais aussi à l’épaisseur de son empreinte humaine. Il se montre comme une sédimentation d’histoires de vie dont chaque couche a laissé la trace de son passage. De l’entrelacs de ces récits intimes, le film restitue ainsi cette chose fragile et indéfinissable que l’on pourrait appeler “l’âme du lieu”. Ce maitre du béton armé a beaucoup travaillé à Alger et Casablanca, notamment dans les entrepôts de Roches Noires.

D Immeuble Maroc Soir

E Marché central

    Visites guidées du boulevard Mohammed V

au départ du Marché Central Arrêt de tramway : Marché Central
Du 02/04/2016 au 03/04/2016 - de 10h à 17h

Cette artère principale du plan Prost présenté en 1915 se devait de relier le port à la première gare, Casa-Voyageurs. Afin d’obtenir son tracé définitif, une négociation a été nécessaire donnant place à la procédure de remembrement expérimentée au Maroc. Bordé d’arcades, ce boulevard appelé dans un premier temps boulevard de la gare, fut jusque dans les années 1990, les Champs Elysées de Casablanca. Sa récente piétonisation avec l’aménagement du passage du tramway lui redonne l’attrait des années passées.

F Immeuble Assayag

G Immeuble Maret

Le site vous est offert par siway white

organisateurs sponsors officiels sponsors

partenaires partenaires culturels

partenaires media 2m

Contactez-nous

Inscription Newsletter

Editeur responsable : Rachid Andaloussi, Président de Casamémoire
Textes : Karima Haoudy
Photographies : Melita Vangelatos, Photo Academy, Mina Amzim, Faysal Bensator et Salomé Delille (Casamémoire).
Visuel de la 8éme édition des JP : Anne-Sophie Mortier
Conception : SIWAY